Escarre.fr
 
   
     
 
Choix du pansement : la technologie

Le pansement historique de la cicatrisation dirigée en milieu humide est l'hydrocolloïde, inventé dans les années 60.

Ce pansement est toujours d'actualité, néanmoins plusieurs pansements se révèlent mieux adaptés à certaines situations :
plaie sèche (plaie nécrotique par exemple) : on préférera un hydrogel qui réhydratera la plaie.
plaie exsudative : on préférera un hydrocellulaire dont les capacités d'absorption sont supérieures à l'hydrocolloïde.
plaie très exsudative : on utilisera un alginate ou un hydrofibre pour ses capacités d'absorption.
plaie malodorante : pansement au charbon.
plaie infectée : on utilisera soit un pansement argent + charbon, soit un alginate sous pansement secondaire non imperméable si la plaie est exsudative.

Les interfaces (ou tulles de nouvelle génération) peuvent être utilisés dans l'escarre, remplaçant avantageusement les anciens tulles gras.

Pour en savoir plus sur chacun de ces pansements, consultez le dictionnaire des pansements.
   
 
   
   
   
Questions - Réponses
   
Peut-on utiliser indifféremment un hydrocolloïde et un hydrocellulaire sur une escarre ?
Auteur : médecin
 
Les indications de l'hydrocolloïde (escarre moyennement exsudative) sont comprises dans celles de l'hydrocellulaire. L'hydrocellulaire, en raison de sa plus grande capacité d'absorption des liquides pourra rester en place en général plus longtemps. Par contre un pansement hydrocellulaire pourra être utilisé sur une escarre exsudative, alors qu'un hydrocolloïde est déconseillé car il saturerait trop vite.
   
Pensez-vous que l'infirmière en se servant de produits différents à chaque réfection du pansement, n'interfère pas dans le processus de cicatrisation ? Est-ce que les produits ne sont pas trop spécifiques, c'est-à-dire que si l'escarre est nécrosée nous pouvons mettre un premier pansement, mais si 2 jours après elle suinte nous mettrons un autre pansement, la spécificité du produit n'interfère-t-elle pas dans sa durée d'action ?
 
Il est recommandé lors de l'instauration d'un traitement de l'appliquer au moins 5 jours, sauf incident de type allergique ou d'intolérance. Le changement de traitement doit se décider en équipe après évaluation de la plaie.
L'évaluation de la plaie permet d'orienter le choix du soignant vers le type de pansement à utiliser, d'apprécier l'efficacité ou non en terme de cicatrisation du traitement local ou général, de prévoir le temps de cicatrisation. Elle permet également l'identification du stade de l’escarre, sa localisation, les mesures de la plaie, l’état du bord de l’escarre, l’état de la peau périlésionnelle, si l'escarre est exsudative ou non, son odeur, la douleur.
Il est bien rare qu'une escarre nécrosée soit excisée au bout de 2 jours de traitement ; si c'est le cas, on peut passer sans problème au traitement suivant, c'est-à-dire adapté au stade de l'escarre (souvent une ulcération sous une plaque nécrotique) en respectant les phases de détersion puis de bourgeonnement et d’épidermisation.
   
Je suis infirmière à domicile et je viens de prendre en charge une patiente qui a une escarre sacrée très avancée, très creusée. Les hydrogels ont été utilisés mais la plaie n'est pas nécrotique en profondeur. J'ai placé de nombreuses feuilles de tulle gras pour bien maintenir humide, ai-je bien fait ? La patiente est sous ATB par voie orale, elle a aussi de nombreuses plaies sur les deux jambes ainsi qu'aux talons.
Auteur : Infirmière
 
Si l'escarre est très creuse, vous avez peut-être intérêt à utiliser :
1. des produits sous forme de mèche (alginates de calcium) qui vous permettent de combler efficacement la cavité
ou
2. des hydrocolloïdes en pâte pour plaies creuses associés à des plaques dont certaines sont adaptées aux localisations sacrées
ou
3. des hydrofibres si l'escarre est très exsudative.
   
Nous utilisons les mèches et plaques d'alginate. J'ai vu certaines de mes collègues mouiller les plaques avant de les installer sur ou dans les plaies, y compris les plaies exsudatives. Qu'en pensez-vous ?
Auteur : infirmière
 
On peut mettre du sérum physiologique sur les plaques et/ou les mèches d'alginates lorsque la plaie n'est pas assez exsudative ou lors du retrait du pansement lorsque celui-ci est trop sec.
Dans le cas d'exsudat suffisant, ce n'est pas utile.
Il faut utiliser le sérum physiologique car l'alginate est fabriqué à partir d'algues qui sont des produits d'origine marine, donc ne pas utiliser d'eau.
   
Les pansements biafine sont-ils indiqués dans le cas d'une escarre sacrée en phase de bourgeonnement mais conservant une plaque de fibrine adhérente périostale ?
 
La Biafine reste un produit indiqué pour le type de plaie décrit. Toutefois, le pansement avec Biafine est à refaire chaque jour et d'autres produits ont fait leur apparition et leurs preuves.
En employant un alginate de calcium, vous obtiendrez un résultat plus rapide en phase de détersion de la fibrine. Il en existe des présentations sous forme de mèches pour les plaies creuses comme celle que vous décrivez. Les bourgeons ne sont pas lésés car le produit n'adhère pas à la plaie. Si la plaie n'est pas très exsudative, vous pouvez humidifier la plaque ou la mèche de sérum physiologique. Vous pouvez également les imbiber de sérum physiologique pour faciliter le retrait.
L'hydrofibre est aussi un produit indiqué à ce stade. Son utilisation est identique à celle des alginates.
   
Escarre sacrée avec un orifice de 5 mm environ et un décollement d'environ 1,5 cm de circonférence chez une patiente de 80 ans présentant par ailleurs une infection urinaire et porteuse d'une PTH (prothèse totale de hanche). Nous utilisons un hydrogel sous hydrocolloïde pour recouvrir la plaie, et irrigation au sérum phy pour la nettoyer. Dans le fond de la plaie, nous pouvons voir une substance blanche (os ou fibrine ?).
Pensez-vous que nous utilisons la bonne méthode ?
 
Les hydrogels sont des produits utilisés à la phase de nécrose.
La personne concernée par cette question est plutôt porteuse d'une ulcération avec décollement, il n'est pas mentionné si l'escarre est exsudative ou pas.
L'utilisation d'un alginate de calcium semblerait plus appropriée, en mèche si la plaie est creuse pour la détersion, en imbibant la mèche de sérum physiologique si la plaie n'est pas très exsudative (tapisser entièrement la totalité de la surface).
Recouvrir de compresses et de sparadrap en pansement secondaire.